C dans l'air du 18 juillet : Réformes des retraites : Un rapport qui divise

C dans l'air du 18 juillet : Réformes des retraites : Un rapport qui divise

Après 18 mois de concertation avec les partenaires sociaux, le flou est levé. Ce jeudi 18 juillet, Jean-Paul Delevoye, le haut-commissaire à la réforme des retraites, a dévoilé ses préconisations pour le futur « système universel » promis par Emmanuel Macron. Elles doivent servir de base au projet de loi attendu à l’automne, dont l’un des objectifs est de mettre fin aux 42 régimes différents de retraite qui existent actuellement en les remplaçant par un régime spécial à points.

Dans son rapport, qui vante un « système plus juste », Jean-Paul Delevoye propose notamment que le système universel comprenne un « âge d’équilibre » (ou « âge pivot ») à 64 ans, assorti d’un système de décote/surcote, pour tous les Français nés après 1963. Cela signifie que si l’âge de départ légal à la retraite est maintenu à 62 ans, l’âge de départ à taux plein, lui, est fixé à 64 ans en 2025. Concrètement, ceux qui partiront avant cet âge pivot verront leur rendement diminuer de 5% par année d’écart quand ceux qui prolongeront leur activité au-delà bénéficieront d’un rendement majoré de 5% par an.

La principale préconisation du rapport Delevoye a été saluée par le patronat. « C’est une récompense du travail qui est faite », s’est réjoui Geoffroy de Roux de Bézieux, président du Medef, qui a indiqué que son organisation « soutiendra les grands principes de cette réforme ». En revanche, ce point est jugé particulièrement explosif pour certains syndicats qui y voient une manière de repousser l’âge de départ à la retraite à 64 ans. « Nous sommes en total désaccord avec l’âge d’équilibre [à 64 ans] et le système de décote/surcote. Très clairement on est dans une logique où l’équilibre financier sera assuré par le recul, au fur et à mesure des contraintes budgétaires et économiques, de l’âge effectif de départ », a déploré le secrétaire général de FO Yves Veyrier. Même son de cloche du côté de la CGT : « Ce système, c’est d’abord beaucoup d’enfumage avec des titres pompeux qui ne règle en rien un certain nombre de problèmes qui sont liés au manque d’emploi, à la précarité », a asséné Philippe Martinez, secrétaire général de la formation syndicale.

Si les préconisations de Jean-Paul Delevoye incitent « au prolongement de l’activité » et la garantie de « l’équilibre du système » en place dès 2025, elles constituent un défi  pour les seniors. Car à 60 ans, seuls 42,2% des Français sont encore au travail, comme le révèle une enquête Emploi de l’Insee, réalisée sur la période 2015-2017. Sur son site, L'Express explique que les choses se dégradent encore plus à 62 ans : A cet âge, il n'y a plus que 20% des Français qui travaillent encore, sans compter les 5% qui cumulent retraite et emploi. Et 3% sont au chômage. Par ailleurs, de 2008 à 2018, le nombre de seniors demandeurs d'emploi a augmenté de... 179% - contre 21% pour les 15-54. Et ces travailleurs âgés alimentent les rangs de chômeurs de longue durée : 60% des plus de 55 ans sont sans emploi depuis plus d'un an, quand ce taux est à 41% pour les plus jeunes. Peu d'entreprises sont prêtes à embaucher quinquas et sexagénaires. 

Quoi qu’il en soit, en début d’après-midi, après la remise du rapport, Matignon a annoncé que la semaine prochaine une première phase d’écoute des organisations syndicales et patronales sera engagée. Alors que la CGT et FO prévoient déjà de se mobiliser en septembre contre une réforme qui pénalisera, selon eux, les plus précaires.

Ce rapport de Jean-Paul Delevoye annonce-t-il une réforme a minima ou une véritable révolution ? Le gouvernement doit-il craindre un automne social ? Au niveau des retraites, comment se place la France par rapport à ses voisins européens ?

 

Invités :

- Dominique SEUX - Directeur délégué de la rédaction des Echo

- Bernard VIVIER - Directeur de l'Institut supérieur du travail

- François ECALLE - Président de Fipeco et ancien de la Cour des Comptes

- Sophie FAY - Grand reporter à L’Obs

 

 

 

France Télévisions, en sa qualité de responsable du traitement, collecte vos données à caractère personnel afin de vous répondre de manière personnalisée, adaptée et cohérente.
Dans le cadre de l’émission C dans l’air, produite par Maximal Productions, basée 7 Rue du Dôme, 92100 Boulogne-Billancourt et diffusée sur France 5, les données récoltées dans le formulaire ci-dessus sont utilisées par France Télévisions et Maximal Productions dans le but de recueillir votre avis afin de l’afficher à l’écran ou de l’utiliser au sein du programme.

Conformément à la loi informatique et liberté du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression et de restitution de vos données.
Selon la diffusion ou non de votre message à l’antenne, la conservation des données par France Télévisions et Maximal Productions peut varier. Ainsi, si votre message n’est pas diffusé à l’antenne ou garder pour l’émission, il sera conservé pendant 24h. En revanche, si votre message est sélectionné pour la diffusion, il sera conservé pendant une durée de 7 jours, conformément à la durée de disponibilité du replay sur france.tv. De plus, si votre message est sélectionné et qu'il est sémectionné dans un extrait, il pourra être conservé 18 mois, conformément à la durée de disponibilité de l’extrait sur france.tv.
 
Vous pouvez également vous opposer, pour des raisons tenant à votre situation particulière, à l’utilisation de vos données.
Vous seul, vous pouvez exercer ces droits sur vos propres données en écrivant à France Télévisions - Service Inscriptions Internet, 7 Esplanade Henri de France, 75015 Paris et en signant une photocopie de votre pièce d’identité.

https://www.francetelevisions.fr/confidentialite#politique-confidentialite